Julie Vacher

Paris, France 1989

now works and lives in Paris, France

Julie Vacher est née en 1989, elle vit à Paris et travaille à Bagnolet. Artiste vidéaste, elle mène une analyse des rapports d’observation, d’interprétation et de transformation entretenus par les hommes avec leurs environnements. Ses méthodes de captation, empruntant au documentaire leur mode opératoire, s’en éloignent lors du montage, soulignant sur un mode indiciaire l’attention à prêter aux illusions du son et de l’image. Les oeuvres soulignent cette ambiguïté, les strates de sens nées de synchronisations différenciées entre images et sons. L’information sonore n’est pas à prendre comme telle : des transformations par fragmentation, distension et amplification font glisser les sons du vraisemblable à l’obsessionnel, à l’étrange. L’artiste s’inscrit ainsi dans une vision de l’environnement comme «d’abord entendu (écouté) et agi (par les gestes et déplacements physiques)», construction phénoménologique transmise au spectateur par le biais d’installations formant de singuliers postes observatoires et espaces-appâts.

Récemment, elle a participé au Salon de Montrouge 2016, sous le commissariat de Ami Barak, au Cinéphémère, espace de projection hors-les-murs de la FIAC 2015 à Paris et au Digital Art Festival de Taïpeï à Taïwan.

Ses films sont également projetés dans des festivals en France et à l’étranger tels que l’American Documentary Film Festival de Palm Springs en Californie, le FID#26 et FID#24 (Festival International de Cinéma) à Marseille et la Nuit Européenne des Musées au Musée de la Chasse et de la Nature à Paris.


Julie Vacher

Formose Phonique II
Installation Vidio Installation vidéo et sonore, Full HD, 16:9, quadriphonie 14 ’
2016

Formose Phonique II is an immersive installation with shifting landscapes. The voice of an old lady guides a young girl in the search for a stone. Back and forth between the video and the soundtrack, the scenery comes to life between physical and metaphysical space. The essence of the video originates from applied arts, or the mnémotechny, appearing in the invisible cities by Italo Calvino. Therefore, the reconstitution of a mental space allows us to learn a discourse, an exercise leading to the transformation of an object into idea or image and vice versa. Here, the search of the object finds his resolution in the acceptation of its dematerialization. This poetic undertone evoking our 2.0 reality quickly became a metaphor for my own discovery on the island of Taiwan.
The installation was carefully crafted in relation to the spatialization of sound itself. The video was edited using a quadraphonic soundtrack which projects a narrative base consisting of the voices of two women. The latter intertwine and merge with the former recordings to create an active perceptual space. Hence, with this new version of Formose Phonique, I operated a displacement from the cinematic space to the exhibition space.

请将手机竖屏观看